Tout nous sépare : scénario en perdition  

Avec Tout nous sépare, l’ex-journaliste Thierry Klifa signe son quatrième long métrage et sa troisième collaboration avec Catherine Deneuve. Passionné de films noirs américains des années 1950, le réalisateur nous embarque cette fois-ci dans un polar plat et se perd dans cet exercice de style entre voyous, disparition, flingues et suspens. La faute à un scénario « bateau » et sans nuances qui perd rapidement le spectateur, comme ses comédiens.

Une maison bourgeoise au milieu de nulle part. Une cité à Sète. Louise (Catherine Deneuve) et sa fille Julia (Diane Kruger). Deux amis d’enfance, Rodolphe (Nicolas Duvauchelle) et Ben (Nekfeu). Une disparition. Un chantage. La confrontation entre deux mondes. Le synopsis laisse présager un thriller sombre sur fond d’enquête policière qui n’a, au départ, rien pour déplaire – avec (et surtout) en prime un casting alléchant qui remplit parfaitement son rôle d’« appât à spectateurs ». Appât oui, parce qu’il est déroutant de voir à l’écran des acteurs aussi confirmés et talentueux que Deneuve, Duvauchelle et Kruger patauger dans leurs rôles respectifs et si peu inspirés, au point d’être dans la fausseté à plusieurs reprises. Jamais Catherine Deneuve n’a en effet été aussi inexpressive et son rôle de mère abusive, ni elle, ni le spectateur, n’y croit. Diane Kruger, sous les traits d’une jeune bourgeoise droguée, dépressive et handicapée suite à un accident, est continuellement dans l’excès et ne parvient pas à convaincre non plus. Quant à Nicolas Duvauchelle, il est malheureusement rapidement relayé au rang du parfait cliché du voyou. Un rôle qu’il a pourtant l’habitude d’endosser avec justesse au cinéma. La bonne surprise de ce casting est finalement Nekfeu qui, malgré quelques maladresses, offre le naturel et la spontanéité dont manque cruellement ses partenaires de jeu. Pour une première fois à l’écran, le jeune rappeur s’en sort plutôt bien et ce, malgré un manque visible de direction et des dialogues sans intérêt. Ce qui rend sa performance encore plus louable et admirable.

© Mars Films.

Outre des personnages des plus caricaturaux, Klifa enchaîne les séquences prévisibles, et parfois grotesques, qui anéantissent toute forme de suspens. Une ou deux surprises scénaristiques sont cependant à relever, pas plus, et elles sont bien vite oubliées face aux dialogues très creux et au montage plat. L’ensemble est par ailleurs plombé par des incohérences faisant tourner ce thriller à la comédie. La scène où Louise parvient à faire fuir des malfrats, que l’on a vu auparavant cruels et sans pitié, en brandissant avec maladresse une carabine en est un exemple frappant. La soudaine compassion de Louise pour Ben, alors que ce dernier la rackette depuis plusieurs jours, est également une autre scène qui – même avec beaucoup d’imagination – ne tient pas debout. Même les jolis plans des paysages de Sète mis en lumière par Julien Hirsch, qui offrent pourtant un cadre spatial idyllique à l’intrigue, tombent dans la banalité tant le scénario de Tout nous sépare (pourtant co-écrit avec Cédric Anger, ex-journaliste des Cahiers du Cinéma) est bancal. Un acte manqué.

Réalisé par Thierry Klifa. Avec Catherine Deneuve, Diane Kruger, Nekfeu, Nicolas Duvauchelle… France. 1h38. Genres : Drame, thriller. Distributeur : Mars Film. Sortie le 8 novembre 2017.

Crédits Photo : © Mars Films.

Camille Griner

Camille Griner

Réalisatrice l Scénariste l Directrice de casting l Rédactrice chez Boum! Bang! & Clap! Mag.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *