Test Switch : Resident Evil Revelations, la saveur du vrai

Déçue par les ventes du septième Resident Evil, qui avait pourtant enthousiasmé la critique l’année passée, Capcom poursuit sa folle politique de portages et autres remasters HD. Agaçant certes, bien que l’arrivée des Revelations sur Nintendo Switch s’impose comme une occasion appréciable de renouer avec une série qui avait correctement perdu le nord.

En marge de la série principale, les deux opus estampillés « Revelations » se sont fait discrets, relégués à des expériences de deuxième pedigree. Pourtant, le premier titre, initialement une exclusivité 3DS, avait dans son déroulé la saveur et l’aspect de ce qui faisait les grandes heures de la série blockbuster de Capcom. Claustrophobie, angoisse, gore cracra, munitions rationnées, bande-son crispée… le premier Revelations assurait l’héritage du pur Resident Evil quand le sixième de la série principale se vautrait dans l’injouable n’importe quoi. Porté sur à peu près tout ce qui a un écran et un processeur, l’épisode 1 arrive désormais sur la maigrichonne Switch, qui propose une expérience d’une fluidité exemplaire. Cette appréciation graphique s’applique plus particulièrement au deuxième opus, plus gourmand en ressources, bien que daté techniquement, même le jour de sa sortie. (Bien qu’au vu du portage Switch de Rime la semaine passée, on se disait que tout n’était pas forcément gagné d’avance.)

Resident Evil Revelations by ClapMag

Pour les possesseurs de ladite Switch, Revelations 1 et 2 permettent de découvrir la base d’une saga incontournable, à partir de deux épisodes canon, suffisamment différents l’un de l’autre et suffisamment qualitatifs pour en ressortir avec la conviction d’avoir joué à un vrai Resident Evil. Mention spéciale à la praticité de la Switch, qui permet un mode multi local en usant des joycons, une maligne jouasserie qui s’inscrit parfaitement dans la profession de foi de la machine. L’autre promesse tenue est celle d’un catalogue enfin diversifié, illustrant cette volonté de Big N de renouer avec les jeux matures, dans la lignée de Doom. Seul hic, Revelations 2 n’est disponible qu’en format dématérialisé et pèse tout de même 26Go.

Jeux testés sur Nintendo Switch, copie fournie par l’éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *