De l’eau pour les éléphants : critique

Jacob Jankowski se retrouve orphelin à 20 ans. Bouleversé par la mort de ses parents, il abandonne l’école vétérinaire et saute dans le premier train qui passe. Décidé à changer de vie, il embarque avec toute la troupe du cirque Benzini, pour le meilleur et pour le pire…

N’est pas Cecil B. DeMille qui veut. Si le spectacle dans Sous le plus grand chapiteau du monde était absolu (romance, suspense, action), celui que met en scène Francis Lawrence pêche par excès de zèle. En effet, De l’eau pour les éléphants a l’allure d’une grande fresque à l’hollywoodienne mais le ton est plutôt celui du mélo pour ado, guimauve et traînant. Car, bon dieu, que c’est cul-cul et téléphoné…

Des rôles caricaturaux (le patron dégueulasse, l’orphelin courageux, etc.), un récit au classicisme lassant et une réalisation blanche, le troisième long-métrage de Lawrence n’est pas à la hauteur de ce qu’il promet : une chevauchée fantastique et romanesque dans l’univers forain. Car De l’eau pour les éléphants manque d’épaisseur ; en effet, l’objectif est souvent resserré sur un objet unique (l’intrigue sentimentale) aux déprends des autres thématiques soulevées (la magie, le rêve, l’initiation, la crise économique, etc.), ce qui affecte à la fois le divertissement et la profondeur de champ.

Adaptation du bestseller de Sara Gruen, De l’eau pour les éléphants a la photo agréable et le montage harmonieux mais la vision (trop) chaste du réalisateur lisse le film au point de le rendre ennuyeux. Les plans s’enchaînent justement mais la magie, pourtant au coeur du film, ne prend guère (sauf peut-être pendant les séquences avec l’éléphante star, Rosie). Heureusement, la carte « Pattinson » fonctionne bien (en tous cas sur le public féminin). Le beau gosse de Twilight est en effet plutôt convainquant. Car si le rôle de Jacob est particulièrement bateau, Pattinson évite les clichés de jeu qui colle à sa persona d’acteur romantique et nous surprend par son sens de la dérision. Waltz, quant à lui, nous déçoit un peu. Dans les pompes d’Auguste, le boss qui traite ses employés comme ses animaux, l’acteur a la cruauté surfaite et le flegme outré. De l’eau pour les éléphants, ça ne trompe pas énormément….

 

Sortie en salles : 4 mai 2011. Réalisé par Francis Lawrence. Avec Reese Witherspoon, Robert Pattinson, Christoph Waltz, … Nationalité américaine. Genre : Drame, Historique Durée : 1h55. Distributeur : Twentieth Century Fox France

Ava Cahen

Ava Cahen

Profession : journaliste - chargée de cours à Paris Ouest Nanterre La Défense. Religion : Woody Allen (Dieu à lunettes). Série culte : Friends. Réalisateurs fétiches : Allen, Scorsese, Polanski, Dolan, Almodovar, Desplechin,... Ce que je n'aime pas : les films moralisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *